Le sacré

A l’entrée du village, on ne peut manquer l’immense baobab, visible de très loin. L’arbre multicentenaire est un lieu de respect, propice aux sacrifices divinatoires, par les Sages.

Le cercle de vie, dans la cosmogonie africaine, illustre l’interdépendance entre les classes d’âge. Le passage d’un stade à l’autre se fait selon un rituel valable pour tous.

CercleDeViePlus qu’un sage, plus qu’un enseignant, le « Très grand vieux » devient l’intermédiaire entre les vivants et les morts, entre le monde des visibles et celui des invisibles.

Etre vieux, en Afrique traditionnelle, ne signifie pas que l’on a tel ou tel âge, mais que l’on est admis dans l’ordre des sages. On devient alors un enseignant.

L’individu n’est pas perçu comme une conscience isolée, mais comme un être participant à toutes les fonctions du Cosmos.

L’ancêtre, ici, est celui ou celle qui a passé avec succès toutes les étapes de l’initiation. Il y en a sept.
L’accès à l’ancestralité est donc soumis à certaines conditions. N’importe qui ne deviendra pas Ancêtre.

L'association a pour but de faire connaître DAGABA, petit village du Nord de la CÔTE D'IVOIRE et de l'aider pour son développement dans les domaines de la santé, l'alphabétisation et l'agriculture.