Forgerons

Les habitants de Dagaba appartiennent à l’ethnie des Malinkés et parlent le bambara (dioula). Evidemment, ils n’ont pas attendu pendant des siècles que des étrangers lointains les « découvrent » pour s’organiser, échanger avec les villages plus ou moins proches, et ont acquis un savoir-faire précieux : A l’origine, le nom du village était « Noumoudaga », ce qui signifie « Village des forgerons ». En effet, dans la tradition de Dagaba, les villageois sont forgerons de père en fils.

Les forgerons produisent des armes et des outils : haches, couteaux, fusils, plombs,…

2_Traditions Forgerons_1Le forgeron
En Afrique traditionnelle, le forgeron est considéré comme un être ambivalent : lié aux morts et aux vivants, médiateur entre ces deux mondes, on dit qu’il appartient au monde souterrain et au monde terrestre, en raison de sa familiarité avec les métaux qui proviennent du ventre de la Terre-Mère.
Il appartient ainsi à l’univers du mythe et à la société des hommes. Ses principaux outils (pinces, marteau, enclume) font référence autant au mythe qu’aux ancêtres.
Travail noble, action symbolique autant que création matérielle, le travail des métaux, du fer, se situe au point de convergence des pouvoirs opérant sur les forces, les hommes et les choses.

L'association a pour but de faire connaître DAGABA, petit village du Nord de la CÔTE D'IVOIRE et de l'aider pour son développement dans les domaines de la santé, l'alphabétisation et l'agriculture.